non.

C’est un tweet de l’Observatoire parisien des libertés publiques qui rappelle que la police, sauf s’il s’agit d’un officier de police judiciaire, n’a pas le droit fouiller vos courses afin de vérifier si celle-ci sont de premières nécessités.
Une fouille doit s’accompagner d’une autorisation du procureur et est semblable à une perquisition. En ces temps compliqués la police à tendance à l’oublier, pas aidée par les propos hasardeux de leur ministre. :

« Les gendarmes ont-ils le droit de fouiller nos sacs de courses et décider de ce qui est (ou non) de ‘première nécessité », demande @Profdepp. « S’ils ont le sentiment que la personne les bluffe un peu, ruse, ils ont la possibilité de poursuivre les investigations. (…) Mais nos gendarmes, nos policiers ne cherchent pas à embêter les gens, ils cherchent à les protéger »,

répond le ministre de l’Intérieur M Castaner.

La Ligue française des Droits de l’Homme est une association loi 1901 qui défend l’ensemble des droits tels qu’ils sont définis par la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) et entend les faire appliquer pour tous.

Le document de la LDH au complet : https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2019/04/POINT-DROIT-Fouille-des-sacs-produits-de-1%C3%A8re-n%C3%A9cessit%C3%A9.pdf

Le site officiel : https://www.ldh-france.org/